SUBVENTION

Feuilleton du XXIème siècle de bien mauvaise tenue

Feuilletant durant les fêtes le Livres Hebdo d'une amie libraire (petite librairie telle que la mienne, mais plus belle), je découvre un entrefilet à propos des bénéficiaires de cette fameuse subvention qui m'a été refusée fin décembre (cf l'article Découragement de ce blog).

Les bénéficaires de cette subvention ont été les libraires dont le chiffre d'affaires était au minimum de 300000€ et au plus (mais allez savoir !) 1 000 000€. De plus pour obtenir le maximum de cette aide, qui est de 10000€, il fallait tendre vers la limite supérieure ! Les autres "petits à 300000€ de CA" ont dû se contenter de 5000€. Pour donner une idée de ce que représentent ces montants il suffit de savoir que la subvention minimale représente pour une "nano libraire" comme moi l'équivalent d'un bon mois de traites pour l'achat des livres. Cela représente aussi un mois de masse salariale pour 2,86 vendeurs en librairie payés au SMIC, ce qui me semble être le moins dont doit s'entourer un "petit" libraire qui dépasse le "petit" CA minimum requis.

Las ! Comment ai-je pu être assez présomptueuse pour constituer un dossier pour une subvention censée aider la "petite" librairie de création et l'aider au développement et au maintien des fonds en librairie quand elle justifie d'une participation significative au développement culturel local. Décidément, je ne mérite même pas de concourir, voire même puis-je vraiment prétendre me déclarer libraire !