Fabrice_Humbert

Très attendu, le nouveau roman de Fabrice Humbert persiste dans l'analyse quasi entomologiste de notre terrible société contemporaine. Sila vient de la Cité de Nulle Part : peut-on mieux définir ces contrées d'où partent, désespérés, nombre d'émigrants, riches de leur seul espoir en l'Occident. Serveur, employé "au noir"dans un restaurant de luxe, il est frappé, en plein service, par un client sous le regard médusé, certes, mais lâche des autres convives qui bien vite se remettent à déguster leur repas comme si de rien n'était ! Véritable prologue d'une tragi-comédie de la mondialisation, cette scène première met en scène différents acteurs de cette drôle de cène. Nous allons ainsi suivre leur parcours à tous, venus de pays aussi différents que la Russie d'après le mur, les U.S.A. lors de la montée en puissance des subprimes, la France puis l'Angleterre, tout ce monde occidental qui s'engloutit dans la violence larvée, quotidienne, ordinaire de la course à l'enrichissement, aux signes extérieurs de richesse, faisant fi de l'humain qui n'est plus qu'une ressource comme les autres.

L'auteur construit son récit tranquillement, installant ses personnages, prétextes à la chronique d'une crise annoncée, laissant le lecteur s'imprégner d'une inexorable méthodologie si bien décryptée. La Fortune de Sila prend ainsi tout son sens : c'est bien du destin de celui qui n'est pas de ce monde-là qu'il s'agit. L'anecdote préside au début du roman, la globalisation s'installe inexorablement. Ce roman nous conduit à comprendre et réfléchir, ce n'est pas là son moindre talent.