cartons

C'est le jour du déménagement de Brice, dont la femme est absente et qui doit assumer tout seul ce moment de stress. Pire il part à la campagne dans une maison pour laquelle elle avait eu le coup de foudre, perdant ainsi tous ses repères. Les cartons sont envahissants, au départ comme à l'arrivée, et la solution de les faire déposer dans le garage va peut-être s'éterniser ! Pascal Garnier nous emporte dans un tourbillon fascinant, sorte de maelström infernal où les cartons symbolisent une vie entre deux vies ! L'écriture est implacable, d'un humour qui frôle le cynisme et c'est halluciné que le lecteur se laisse emporté dans cette dégringolade.